country

Venez faire la promotion de vos sites et racontez vos passions
Règles du forum
Toute publicité pour un site de jeux sans autorisation amènera un banissement

country

Messagede rexie373 » Mer 30 Jan 2008 13:11

OLD COUNTRY Partie 2



Phase de doute pour la Country Music

C'est dans les années où la Country Music semble la plus prospère qu'elle connaît sa plus grande crise. C'est dans cette euphorie que la Country Music n'a pas vu venir la vague contestataire du Rockabilly.

Les termes de «rock» et «roll» étaient usuellement employés par les chanteurs Noirs pour inviter à la danse.
Mais une connotation érotique contenue dans un second degré les avaient fait bannir du vocabulaire des chanteurs Blancs.

On sait que l'influence noire a été constante sur la Country Music. Avec le Honky Tonk c'est toute la Country Music qui est imbibée d'influences noires. Dès lors, la Country Music comprend de plus en plus de boogie-woogies.
Arthur Smith, Merle Travis, Moon Mullican, Hank Williams apparaissent comme les précurseurs du Rockabilly.

On peut dire, avec du recul, que la vogue du hillbilly boogie (chansons qui prêchent l'amusement et la danse) n'était en fait qu'une adaptation normale des artistes de Country Music à la demande des jeunes.
Alan Freed, en 1952, va aller plus loin en proposant un programme radiophonique de musique rythmée (Moondog Rock and Roll Party) pour le public blanc avec une majorité de chanteurs noirs; le succès sera tel qu'on donnera son nom à cette nouvelle musique.

Merle Travis




Hank Williams



Pendant la même période, Bill Haley un chanteur-guitariste, fanatique de Western Swing et de Rhythm & Blues, connaît une grande popularité. Avec Round around the clock en 1955, B.Haley transforme son succès en un véritable phénomène de société et fait du Rock and Roll la musique des jeunes de toute l'Amérique.

C'est sous l'impulsion de Sam Phillips que ce nouveau genre de musique va se faire connaître véritablement. Sam Phillips fasciné par le feeling des chanteurs Noirs se met à la recherche d'un jeune blanc qui serait capable de faire de même. C'est au cours de l'été 1954 qu'il trouve l'homme qu'il lui faut. Il s'agit d'un jeune camionneur, originaire de Tupelo (Mississipi) : Elvis Aaron Presley.

Il l'enregistrera le 5 juillet 1954 en compagnie de Bill Black (bassiste) et de Scooty Moore (guitariste). C'est ce jour précis que le Rockabilly est né, étant un emprunt à la Country Music et au blues noir c'est à dire une synthèse du Hillbilly boogie et du Rock and Roll qui avaient été popularisé par Bill Haley et Alan Freed.

Elvis Presley ouvre la voie à cette nouvelle musique. Entre 1954 et 1958 le Rockabilly domine la Country Music, il est la concrétisation musicale de la révolte d'une classe d'âge au sein de la société Blanche du Sud. Il y aura également un impact sur les jeunes Blancs du Nord ainsi qu'en Europe.
Le Rockabilly connaîtra en fait qu'un cours «âge d'or» puisque dès 1957-58 il se dissout de plus en plus dans le Rock and Roll en oubliant ses traits caractéristiques.
Sam Phillips restera une figure de la musique américaine d'après-guerre et sera l'objet d'un culte parmi les amateurs.

La Country Music pendant ce temps-là semble ne plus pouvoir exister; les artistes les plus confirmés enregistrent des morceaux de Rockabilly.
L'existence du Rockabilly au sein de la Country Music l'aura finalement obligée à se renforcer, à se redéfinir et à s'adapter.

En effet, de l'influence noire au Western swing en passant par l'usage de la basse claquante et son rythme, les ingrédients du Rockabilly ont presque tous existé dans La Country Music avant son émergence.

L'innovation du Rockabilly est son impact commercial ainsi que la sensualité qu'il dégage.
Comme ces éléments sont les caractéristiques des adolescents sudistes, il était incontournable que la Country Music les englobe tout comme elle l'avait précédemment fait pour les autres innovations.

Voici les principaux artistes du Rockabilly :

· Elvis Presley (1935-1977) avec la violence de son phrasé, la sensualité de sa voix chaude et son jeu scénique et provocateur lui ont assuré un succès phénoménal.(Jailhouse rock, Good rockin' tonight,..).
· Johnny Cash (1932), dans ses chansons le rythme est important, ponctué de solos de guitares électriques. Superbe compositeur il traitera parfois des problèmes de société. Il reste fidèle à la musique de ses débuts.
· Jerry Lee Lewis (1935), son répertoire il l'emprunte aussi bien au Honky Tonk qu'au Rhythm and Blues mais il n'oublie pas d'apporter sa touche personnelle indélébile. Il a su s'adapter au mouvement du Rockabilly restant encore aujourd'hui un nom important de la Country Music.

On n'oubliera pas de citer :
· Gene Vincent (1935-1971) compositeur du célèbre Be Bop a lula,
· Buddy Holly (1936-1959) qui pratique une musique plus douce et tranquille que les autres artistes mais ceci n'empêche pas un rythme effervescent.
· Wanda Jackson «Reine» incontestable du Rockabilly. Elle a su se maintenir au premier plan de la Country Music aux moyens de ballades (In the middle of heartache) et d'une reconversion au Gospel.

La période de 1954 à 1958 demeure un des moments les plus créateurs de l'histoire de la Country Music.

Face à la concurrence du Rockabilly, le monde de la Country Music réagit en s'engageant dans la voie de la commercialisation à outrance créant le Nashville Sound.









Elvis Aaron Presley








Jerry Lee Lewis




Buddy Holly



Depuis toujours, le désir pour certains artistes de paraître «urbain» ou coller le plus aux variétés américaines, était en germe dans la Country Music. Ce sentiment est très fort après-guerre, l'immigration, l'industrialisation dans les villes du Nord permettent aux chanteurs d'atteindre un nouveau public a priori rebuté par la musique d'origine rurale.

Dès la fin de la guerre nombre d'artistes sudistes ont commencé à adopter des sonorités douces, commerciales, «easy listening» (faciles à écouter). Ceci leur a valu d'ailleurs le surnom familier de Country Crooners puisqu'ils essayaient de faire concurrence aux vrais crooners comme Franck Sinatra ou Frankie Laine.

Les «Country crooners» ont eu un parcours traditionnel mais la vie, les goûts personnels leur ont permis d'élargir leur audience.

· Le premier véritable «Country crooner» est Eddy Arnold. Il entreprend sa carrière personnelle en 1944 (il faut préciser qu'il a débuté comme chanteur de Pee Wee King de 1937 à 1944). C'est en faisant de nombreux efforts pour se débarrasser de son image rurale (accent, jeu de scène) et c'est en étant le pionnier à s'élancer dans un style urbain et policé qu'il pourra déborder largement le public de la Country Music.

· Clyde «Red» Foley (1910-1968) a des racines rurales plus ou moins prononcées mais de réels efforts lui ont permis d'être considéré comme un «Country crooner». C'est avec des pièces maniérées comme Mississippi, Midnight qu'il a connu un gros succès s'imposant ainsi comme le Gentleman de la Country Music.

· Chet Atkins s'investit corps et âme dans la guitare et met au point un jeu à quatre doigts ultra-sophistiqué, complexe. Dès 1950 ce jeu de guitare lui permet d'enregistrer pour RCA. Ses talents incontestés lui permettent de devenir l'accompagnateur le plus demandé au Ole Opry. Pour l'ouverture d'un bureau permanent à Nashville, RCA choisit naturellement Chet Atkins pour en prendre la direction. Il rassemblera les musiciens, s'occupera des arrangements et des séances.
Il sera généralement entouré des mêmes musiciens de Nashville; comme Hank Garland et Grady Martin (tous deux guitaristes), Floyd Cramer (pianiste), Bob Moore (bassiste), Charlie McCoy (harmoniciste) .Ils deviendront les premiers musiciens de studio à Nashville. Une longue amitié et une pratique musicale commune ancienne leur permettent de constituer un clan fraternel qui impose sa marque à Nashville.

Ce «Nashville Sound» est une musique perfectionniste, élégante, légèrement marquée par le jazz mais également décontractée et facile à écouter; le professionnalisme de ces musiciens vont leur assurer une omniprésence quasi-écrasante. Le succès commercial que Chet Atkins recherche; il l'obtiendra avec Eddy Arnold.
Donc il poursuivra dans cette voie en continuant à gommer tout ce qui rappelle trop les origines rurales de la Country Music et en renforçant le rythme avec une double ligne de basses (contrebasse, basse électrique).

Face au Rock and Roll, Chet Atkins apparaît comme le seul espoir de Nashville. Il décide alors de se lancer dans deux directions. Tout d'abord, il accueillera tous les amateurs de variétés qui ne se reconnaissent pas dans le Rock and Roll. Puis, il «récupéra» les artistes de Rockabilly.
Il commercialise encore le Nashville Sound en ajoutant des violonades et de chœur au son sophistiqué de ses musiciens de studio.

En compagnie d'autres producteurs (Don Law, Owen Bradley) et de la chanteuse Anita Kerr ainsi que de quelques musiciens de studio, Chet Atkins impose définitivement le Nashville Sound au sein comme au dehors de la Country Music.
Mais, au cours des années 60, la surcommercialisation du Nashville Sound finit par le transformer en une sorte de musique d'ambiance aseptisée... c'est pourquoi Chet Atkins, lui même, prônera un retour à la tradition.

Le Nashville Sound en donnant une teinte urbaine et policée à la Country Music, lui a donné aussi l'honorabilité que les hillbillies souhaitaient eux-mêmes acquérir.
Ceci explique sans nul doute le long succès des principaux artistes du Nashville Sound, comme : Jim Reeves (1923-1964), Marty Robbins (1925-1982), Patsy Cline (1932-1963), Skeeter Davis, Connie Smith,...

Entre le Rockabilly et le Nashville Sound, le Honky Tonk a maintenu une présence discrète mais réelle, grâce à des musiciens fidèles aux sources.

Ce nouvel Honky Tonk a incorporé quelques sonorités à la mode, celles du Nashville Sound mais surtout celles du Rockabilly.

Il délaissera le violon mais la steel-guitare atteindra une omniprésence générale. Ceci sera possible grâce à de remarquables musiciens tels que Pete Drake, Lloyd Green, Buddy Emmons, Speedy West ou Ralph Mooney.

Autour de ce Honky Tonk irisé d'un soupçon de Rockabilly se formera un bloc traditionaliste qui s'opposera au Nashville Sound et à tous ses excès.

· Ray Price est le tenant de la tradition Honky Tonk entre 1958 et 1962. Crazy arms, City lights, My shoes keep walking to you.

· George Jones fortement influencé par Hank Williams, il ne connaîtra le succès qu'au début des années 60 à Nashville où il apparaîtra comme un défenseur farouche de la tradition Honky Tonk.The window up above, She thinks I still care, Why baby Why.

· Red Sovine (1918-1980) a créé un genre particulier de la Country Music; la chanson pour routiers, promus au rang de nouveaux cow-boys sillonnant l'Amérique moderne. Son style est très rythmé, ancré dans le Honky Tonk avec de forts emprunts au Rockabilly.Giddyup 60, Phantom 309, Teddy bear.

· Johnny Horton (1929-1960) est connu pour Honky Tonk Man style très proche du Rockabilly mais également pour ses sagas historiques Sink the Bismark, North to Alaska, Battle of New Orleans.

Ces artistes et encore bien d'autres ont su démontrer par leur succès que la Country Music soumise à l'électrochoc du Rockabilly puis à l'anesthésie du Nashville Sound a réussi à conserver un important fond traditionnel qui se révélera être une ressource importante à partir du milieu des années 60.

Avatar de l’utilisateur
rexie373
Nouveau
Nouveau
 
Messages: 16
Inscription: Dim 9 Déc 2007 22:49

Publicité


Sujet Similaires

country
Forums: Vos passions/sites web
Auteur: rexie373
Réponses: 4

country
Forums: Vos passions/sites web
Auteur: rexie373
Réponses: 0

country
Forums: Vos passions/sites web
Auteur: rexie373
Réponses: 0

country
Forums: Vos passions/sites web
Auteur: rexie373
Réponses: 0

country
Forums: Vos passions/sites web
Auteur: rexie373
Réponses: 0


Retourner vers Vos passions/sites web

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

  • Publicité
cron